Réunion au sommet

La maison centrale du village avait été changée en salle de conférence de fortune. Des chaises dépareillées, disposées en cercle autour de l’écran, un mini-beamer éclairait un drap mité, étendu sur le mur de pierres humides.

David et Khereidine étaient venus exprès de Lyon pour l’occasion, prévenus par Jonas. Je les ai serrés dans mes bras. Severino leur a adressé une poignée de main solide. Sans sourire. Il s’est ensuite assis à l’écart, mais a continué à dévisager le vieux militant avec un sérieux presque menaçant.

Une nouvelle fois, c’est Isabel qui a tenu les rênes de la présentation. Elle n’avait pas résisté à la tentation de prendre connaissance d’une grande partie des documents du disque dur aussitôt qu’ils avaient été décryptés par Romaine. À côté, pâle et cernée, toujours effacée, l’informaticienne assurait la technique depuis son puissant portable au design soviétique.

–          Connaissez-vous ce logo, a demandé Isabel ?

Projeté sur le mur, une forme géométrique toute en lignes noires. Quelque chose entre un bâtiment et une croix déformée. Simple, graphique, dur. Severino est devenu rouge.

–      Où est-ce que j’ai vu cette cochonnerie ?

Moi aussi je connaissais ce signe. En version tatouée. Une sorte de temple aztèque. C’est un gamin qui l’arborait, Bradley, je croyais. Non, j’y étais presque. C’était sur la main de Raoul.

–      On dirait une ziggourat, a dit Jonas.

–      Un quoi ?

–      Une ziggourat, inspecteur. Ce sont des espèces d’édifices religieux mésopotamiens. Ou peut-être des centres de pouvoir, on ne sait pas trop, sans doute les deux à la fois. Parmi les plus anciens de l’histoire. C’est le genre de bâtiment qui a inspiré la légende de la Tour de Babel.

Un temple mésopotamien. Comme Sargon, le premier souverain à avoir unifié la Mésopotamie. Par la force. Sur les phalanges de Raoul.

–          Nom de dieu !

Le rugissement blasphématoire avait surgi de la poitrine du commissaire.

–          Les gars qui m’ont passé à tabac dans le tunnel des Koalas ! Ils avaient ce tatouage aussi…

Maintenant que l’on concentrait notre attention dessus, cette ziggourat, elle était partout, sur les murs des villes, sur le torse d’un néonazi lillois, et même, sans doute, sur le mollet du terroriste de Central Park, dans la chambre de Thomas Mitterrand…

Isabel souriait, satisfaite de son effet.

–      Il y a trois ans, une réunion secrète a eu lieu dans un bistrot panoramique perché au-dessus de la Riviera vaudoise. On trouve de nombreuses informations à son propos sous le dossier « Congrès de Montreux » du disque dur.

Romaine a projeté le dossier restauré, tandis qu’Isabel continuait sa présentation.

–      Ce jour-là, sous couvert d’une réunion de la filiale Pet Food de Notis, plusieurs groupes, politiques ou criminels, souvent les deux à la fois, prennent le funiculaire en gare de Montreux pour monter à la station panoramique des Rochers-de-Naye, haut lieu touristique Belle-Epoque qui surplombe le lac Léman à une altitude de 2042 mètres. Une vue imprenable sur toute la région. Les entités qui participent à la séance sont pour la plupart rivales ou ennemies, ce qui explique l’important dispositif de sécurité, les fouilles corporelles et les nombreux voyages séparés dont m’avait parlé Gustave, mon collègue chez Networks, Services, Delivery And Protection.

 Elle a levé les yeux au ciel.

–          Innocent Gustave ! Lui qui ne comprenait pas que de telles mesures s’appliquent à des commerçants de pâtée…

–          Qui organise la réunion ? a demandé David.

–          Les prémices de cette association sont peu claires. Vraisemblablement, le Mouvement humaniste inquiétait un collectif informel de grandes multinationales, dont faisait peut-être partie kookle, par exemple. Mais ce n’est pas certain. En revanche, ce qui est sûr, c’est que Notis en était et que le collectif lui a délégué la responsabilité de prendre contact avec d’autres acteurs concernés par la même menace humaniste. S’en est suivi une série d’échanges (documentés, cette fois-ci) avec Force Unitaire, énième tentative de regroupement des factions d’extrême droite suisses.

–          C’est la direction générale de Notis qui a mené les négociations ? ai-je demandé enthousiaste.

–          Ne rêvons pas quand même. Toutes les démarches sont effectuées par le bureau 1109, dont l’ordinateur est justement déconnecté du réseau Notis. Leur budget doit être issu de diverses caisses noires, puisqu’ils ont concrètement du fric, mais qu’on n’en trouve aucune trace dans les différents rapports aux actionnaires de la maison-mère. De même, ils ne disposent pas de matériel, à part trois ordinateurs et quelques meubles, mais sont en mesure d’utiliser les ressources logistiques et humaines des autres départements ou filiales du groupe. Tout le monde semble suivre les ordres du bureau, alors qu’il n’existe nulle part. Une sorte de pouvoir fantôme.

–          Mais alors, a demandé Khereidine, qu’est-ce qui se passe dans ce restaurant panoramique de Montreux ?

–          Malgré la dimension pittoresque du lieu, les Rochers-de-Naye ont quelque chose d’une forteresse. Uniquement atteignable par funiculaire ou à pieds, la station comprend deux restaurants. Le premier est un self-service situé à l’étage. On accède au second en traversant un tunnel humide, c’est une sorte de bunker dans la roche avec vue plongeant sur le lac plus de 1500 mètres en dessous.

–          Donc ? s’est impatienté le vieux militant.

–          Donc, lors de cette réunion dans le restaurant du dessous, les ennemis d’hier décident, autour d’un magnifique buffet, d’une forme de trêve pour lutter contre le Mouvement humaniste. Tous réalisent qu’ils doivent leur prospérité, voire même leur survie, au chaos ambiant. Ils s’allient donc ponctuellement pour étouffer la dynamique humaniste. Comme c’est justement aux combats qui les opposent les uns les autres qu’ils doivent leur existence, ils choisissent de ne pas interrompre officiellement les hostilités. Les bases, les militants, les soudards, continueront à s’affronter comme toujours. En revanche, les dirigeants de ces groupes s’engagent à ne pas se porter de coups décisifs tant que le Mouvement humaniste n’est pas à l’agonie. Et ils mèneront certaines actions de front.

–          Et comment font-ils pour combattre notre mouvement ?

–          Leur stratégie comporte deux volets, symbolique et stratégique. Symbolique d’abord, parce que c’est l’enjeu principal du combat : il faut gagner les esprits. Reprendre le terrain pris par les humanistes. Les chefs de clans font donc une sorte de brainstorming au cours de la réunion et créent une nouvelle théorie du complot, inclusive et universelle, les Invisibles.

C’était cela, l’accent mis sur les valeurs guerrières, sur la noblesse des affrontements d’antan, sur la paix des braves. L’absence d’identitarisme, d’antisémitisme ou d’homophobie dans les vidéos. Il fallait créer un discours qui ratisse le plus large possible. Identitaristes de tous les pays…

–          Ensuite, a repris Isabel,  les nouveaux alliés doivent se doter des moyens d’agir, c’est la dimension stratégique. Chaque unité met à disposition du collectif une partie de ses ressources. Pour les entreprises, ce sont surtout des moyens logistiques et de l’argent. Pour les groupes criminels, des tueurs.

–          De quels genres d’actions ? a demandé David.

–          Quand on est dans une logique illégale, il est toujours bon de disposer d’un bras armé. Ensuite, comme Dyhia veut rétablir la confiance sociale pour lutter contre le sarguisme, il faut briser cette dernière, créer de l’insécurité, de la méfiance, de la haine dans les sociétés, pour les diviser. À tous les échelons, à tous les niveaux de violence. Harcèlement de rue, racket, sabotage de manifestations, passages à tabac et, comme vous l’avez sans doute deviné…

–          … Attentat terroriste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s